Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Neuvilly

Eglise Saint Martin

la Selle la Selle   Canton du Cateau Cambrésis

Arrondissement de Cambrai

Superficie: 1257 ha

Population 2006: 977 habitants

Habitants : les Neuvillois

Cours d'eau: la Selle

 

Origine du nom: peut-être du latin novilites qui signifie " nouveaux combats", par opposition à Viesly, village proche qui lui signifierait " ancien combat".

 

HISTORIQUE:

Neuvilly bénéficie d'un site géographique pittoresque dans la valllée de la Selle, qui s'élargit à cet endroit.En 1850, Jules Bruyelles, instituteur du village, en donne la description suivante: " il me serait malaisé de donner une idée précise du village, car ni ingénieur, ni architecte n'en a fourni le plan et ce plan dans son ensemble est une continuelle insulte aux lois de la géométrie. Le village a conservé un habitat ancien daté des XVIIIème et

XIXème siècles et assez diversifié, maison de tisserands, maisons de maîtres, fermes- et le charme de berges verdoyantes de la Selle, au coeur du village dominé par son église.

Neuvilly est désigné sous le nom de " Lis" dans l'acte de donation de Charles Le Simple en faveur de l'église de Cambrai, en 912. Il existe deux anciens fiefs : le fief de Rambourlieux, vaste ferme toujours en activité située à 2 Km au sud du village dont l'église de Notre Dame de Grâce de Cambrai est seigneur avec droit de justice depuis 1439; et le fief d'Esrard, ferme d'Erard dite " d'Errat", souvent déformé en " des rats" qui relève de l'église Ste Croix de Cambrai et dont quelque bâtiments ont été conservés. Ce dernier correspond à la demeure primitive de Jean de Neufvilly, seigneur d'Errat, chevalier et capitaine de Bohain en 1221.

L'activité agricole de Neuvilly, consacrée traditionnellement aux céréales et aux graines oléagineuses est importante. Au XIXème siècle, les cultures se diversifient et l'élevage se développe. Un dénombrement en 1850 recense 40 fermes; en 1989 il n'en reste plus qu'une vingtaine qui se partage entre élevage et agriculture. A cette même époque,le village est également caractérisé par une importante activité textile qui occupe en 1850 les deux tiers des habitants à temps complet ou non et qui culmine vers 1874-1875 : la population est alors de 2700 habitants.

Il existe un tissage mécanique, fondé en 1866, ainsi que plusieurs fabriques de tisu à la main. Une sucrerie et une brasserie sont également en activité.

La présence d'une importante population ouvrière  s'accompagne de fêtes et de traditions locales, comme la tradition canavalesque des "lubers", personnages déguisés et masqués d'origine très ancienne.

Le lieu dit Le Pendu se trouve à l'endroit du terrain dit " la justice", où se déroulent les exécutions capitales. I l a inspiré une légende rapportée du début du siècle: Mr Rembourt, personnage haut en couleur, est condamné à la pendaison pour ses frasques. Il obtient la grâce à la suite d'une exécution ratée.

Dés la fin du XIXème siècle, la vitalité économique décline. Aprè la première guerre mondiale, malgré la reconstruction et plus tard de nouvelles créations d'entreprises, comme le tissage Basquin en 1950, un déclin démographique lent et régulier se confirme. En octobre 1918, de violents engagements ont lieu entre les Allemands et les Anglais: 1656 soldats anglais périssent dans cette vallée qu'ils surnomment " la vallée de la mort".

 

Eglise St MARTIN

XIXème-XXème siècles

façade église façade église   Brique

l'ancienne église de Neuvilly est démolie en 1796. D'après l'historien local Gérard Champagne, les pierres bleues circulaires du bâtiment auraient été réutilisées dans la ferme Ledieu-Payen, rue de la Liberté. Le clocher actuel date de 1822 et la nef reconstruite sur l'ancienne de 1831. La façade est très sobre avec ses deux frontons triangulaires. Après 1918, le clocher abattu jusqu'au toit de la nef, doit être refait. La nef assez vaste est comprise entre le clocher-porche et un choeur relativement profond orné de belles boiseries, tout comme les deux autels latéraux. Le toit en voûte ronde ets soutenu par deux rangées de deux colonnes bleues délimitant les bas côtés, qui sont éclairés chacun par trois grands vitraux modernes aux motifs géométriques, le choeur étant éclairé par 4 verrières. Détruits par les bombardemnets de 1940, les vitraux sont remplacés en 1959 et 1960. L'église possède une chapelle dédiée à Notre Dame de Lourdes, avec grotte reconstituée, et un monument aux morts. Bien qu'elle ait persu sa chaire et de nombreuses statues, supprimées il y a quelques années,l'église conserve toujours un mobilier abondant.

 

 

 Extraits du Patrimoine des communes du Nord, collectif, Editions Flohic, Paris, 2001.

Extraits du Patrimoine des communes du Nord, collectif, Editions Flohic, Paris, 2001.

 

 

Article publié par • Publié Mardi 17 mai 2005 • 5611 visites

Le temps de l'Eglise

Lectures du jour :

> Avec Messe Infos

Actualités de l'Eglise

Que reste-t-il de l’année de la miséricorde ?
Que reste-t-il de l’année de la Miséricorde ? Il y a un an nous étions au cœur de ce temps...

En Vendée, une maison où partager la vie et l’Évangile
À la Roche-sur-Yon, un couple de laïcs a initié une vie inédite de fraternité, de service et...

Commentaires du dimanche 23 avril
23 avril 2017, 2éme dimanche de Pâques, commentaires des lectures bibliques, Marie-Noëlle...

Homélie du dimanche 23 avril
Dimanche de la Divine Miséricorde

Message Urbi et Orbi du Pape François pour Pâques 2017
Chers frères et sœurs, Bonne fête de Pâques! Aujourd’hui, dans le monde entier, l’Église...

Haut de page