Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Saint-Souplet

Eglise Saint Sulpice



tympan Deo Gratias tympan Deo Gratias   

Canton du Cateau-Cambrésis
Arrondissement de Cambrai
Superficie : 1266 ha
Population en 2006 : 1308 habts
Noms des habitants : les Sulpiciens et les Escaufourtois
Cours d’eau : la Selle

 

 

 

 

 

Historique :
Situé sur les flancs d’une colline au bord de la Selle, St Souplet-Escaufourt se présente comme une mosaïque de hameaux et de lieux-dits tels le Nouveau Monde, St Crépin, L’arbre de Guise, situé à l’exact opposé d’Escaufourt. La commune actuelle a été formée en 1974 de la réunion de St Souplet avec le petit village d’ Escaufourt, ancienn exploitation de fours à chaux, autrefois enclave du département de l’Aisne dans le département du Nord et qui, a l’origine était un hameau d’ Honnechy.
La légende de Ste Maxellende, rapportée par le moine bénédictin Balderic au XIème siècle, indique qu’elle a été inhumée à St Souplet, ce qui témoigne de l’existence d’un centre religieux franc très ancien.
Des tensions existent alors entre les Wendes venus du Nord-Est aux IVème et Vème siècles, et les populations locales franques. Maxellende, jeune fille noble franque de la région de Caudry, est tuée par Harduin Wende seigneur de Solesmes, pour avoir refusé de l’épouser afin de pouvoir consacrer son existence à Dieu. Maxellende est inhumée à St Souplet, réputé seul endroit sûr de la région pour les Francs. Durant tout le Moyen Age et jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, le culte de la sainte Maxellende est très populaire dans le Cambrésis.
L’apellation de St Souplet ne s’impose définitivement qu’au XIIème siècle, après que le village a porté le nom du Pommereuil, à ne pas confondre le village voisin du même nom, Balderic mentionnant « Stus Sulpitius Pomeriolae »
Des seigneuries existent au Moyen-Age. Un certain Guillaume Seigneur de St Souplet, est attesté en 1151. Saint Souplet possède longtemps deux maisons fortes, détruites en 1635, lors des guerres franco-espagnoles. Saint Crépin aujourd’hui simple hameau de Saint Souplet, forme pendant longtemps une paroisse avec son église, son cimetière et sa seigneurie.
Au XIXème siècle, Saint Souplet développe de nombreuses activités industrielles et artisanales. En 1876, la société Grand jean, de Reims, implante une usine de filature et de tissage ( soie, coton , laine) qui occupe 700 ouvriers.
En 1900, monsieur Finet installe une petite fabrique de machines agricoles. Le village compte quatre moulins à eau et 4 brasseries. On exploite la chaux et le silex dans de vastes carrières et la commune est pourvue d’une gare. Aujourd’hui le village s’est surtout recentré sur ses activités agricoles.


st souplet st souplet   Eglise St Sulpice :
Cette église de belles dimensions située sur une hauteur, comporte une tour carré trapue, flanquée aux angles de doubles contreforts avec petites flèches et surmontée d’un clocher à la flèche élevée atteignant une hauteur de 14 mètres. L’importance du bâtiment, ainsi que celle de la mairie située en face, témoigne de la prospérité passée du village. Reconstruite en brique, l’église conserve un chevet de pierre ancien à trois pans, qui comporte encore des traces de deux fenêtres ogivales murées. C’est tout ce qu’il reste d’une église incendiée par la foudre en 1499. Le bâtiment est rehaussé à la fin du XIXème siècle ; trois fenêtres de style roman sont percées dans le chevet. Sur le mur de droite, l’ancien appareillage est encore visible : base en grès, murs de brique avec fenêtres entourées de pierre blanche, double chaîne également en pierre blanche au-dessus et au-dessous des fenêtres. Le mur de gauche, reconstruit, est entièrement en brique.

 

Moulin

brique

St Souplet

Le cours rapide de la Selle à St Souplet permet d'implanter 4 moulins pour moudre la farine: les moulins Cunot, Leblond, Richet et Segaux.

Ainsi la commune a -t-elle compté pas moins de sept boulangers. Le moulin Leblond, exploité pendant plusieurs générations par la même famille, cesse ses activités en 1965. Un ambitieux projet consistant à aménager cette vaste bâtisse en Centre permanent d'initiation à l'environnement européen ( CIPEE) avec cnetre de recherche sur la pollution et services pédagogiques pour les scolaires, a été envisagé.

Extraits du Patrimoine des communes du Nord, collectif, Editions Flohic, Paris, 2001.

Article publié par • Publié Mardi 17 mai 2005 • 7710 visites

Actualités de l'Eglise

Commentaires du dimanche 30 juillet
30 juillet 2017, 17e dimanche du temps ordinaire, commentaires des lectures bibliques,...

Mgr Georges Pontier : « Il y a un an, le Père Jacques Hamel était assassiné »
Déclaration de Monseigneur Georges Pontier, archevêque de Marseille, Président de la Conférence...

Homélie du dimanche 30 juillet
17éme dimanche du Temps Ordinaire

Œuvre d’Orient : lancement de l’opération « de Lourdes à Ninive »
Monseigneur Pascal Gollnisch, directeur de L'Œuvre d'Orient avait été particulièrement touché...

Mission de France : « Va trouver mes frères », soyons apôtres simplement
400 membres de la communauté Mission de France, prêtres, diacres et laïcs se sont réunis en...

Haut de page