Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Ors

Eglise de l'Assomption

détail monument aux morts détail monument aux morts  Canton du Cateau Cambrésis

Arrondissemnt de Cambrai

Superficie: 1742 ha

Population 2006: 700 habts

Habitants: les Orsois

Cours d'eau: la Sambre et le canal de la Sambre à l'Oise

 

 

 

 

 

Origine du nom: du vieux roman hortz, qui signifie" jardins"; le village était en effet sillonné de fossés qu'entouraient jardins et habitations.

 

Blason: le seigneur d'Ors était le seigneur évêque de Cambrai, d'où les trois lions qui sont les armes de Cambrai et la représentation de Notre Dame de Grâce, patronne de Cambrai.

 

Historique: encadré par le bocage de ses prairies, le village d'Ors se trouve au bord de la Sambre, à la limite du Cambrésis et du Hainaut. Autrefois recouvert par la forêt primitive de l'Arrouaise, le terrain qu'il a fallu drainer, est très marécageux. La terre argileuse, froide et humide est favorable à l'herbage, mais le blé y vient mal.

On cultive le seigle, l'orge et plus tard le lin et le houblon. En 685, l'empereur d'Allemagne donne le territoire de l'église d'Ors à l'évêque de Cambrai, qui en 1030 le confie aux bénédictins de l'abbaye du Cateau. L'évêque se réserve un gran dbois, le Bois L'Evêque. La vallée de la Sambre étant une voie de passage des invasions, Nicolas de Fontaines, seigneur évêque de Cambrai, fait construire en 1255 une vaste forteresse avec donjon, triple enceinte et fossés, et Ors est décrété ville franche. Nommée à l'origine la "Mâle Maison", la "fière maison" cette forteresse est bientôt appelée la Malmaison car elle fait l'objet de conflits incessants avec les seigneurs locaux.

Finalement elles est entièrement démantelée en 1429. Aujourd'hui, seule la photographie aérienne permet d'en révéler les contours et l'emplacement des trois enceintes.

Au Moyen âge, et aux XVIème, XVIIème et XVIIIème siècles, de nombreuses guerres ravagent le pays d'Ors apportant leur lot de misères aux paysans. Pendant la Révolution en 1794, les habitants reçoivent le surnom d'"enragés" après les combats contre les Autrichiens, au cours desquels les patriotes mal armés doivent fuir à travers le bocage, défaite qu'ils ont du mal à accepter. Le XIXème  siècle apporte beaucoup de changements : on construit le canal de la Sambre à L'Oise ainsi qu'une ligne de chemin de fer entre le Bois Lévêque et le canal, avec implantation d'une gare en 1884, qui connaît une activité importante en drainant les ouvriers des villages voisins vers les usines, notammaent vers Aulnoye Aymeries. Depuis 1856, subit aussi l'exode rural:de 1318 habitants en 1851, la population passe à 767 en 1911.

 

Extraits du Patrimoine des communes du Nord, collectif, Editions Flohic, Paris, 2001.

 

Article publié par • Publié Mardi 17 mai 2005 • 6070 visites

Actualités de l'Eglise

Violences et religions dans les études anglo-saxonnes
Les religions sont-elles impliquées dans les violences commises par les croyants, et si oui...

La rentrée universitaire du Centre Sèvres-Facultés Jésuites de Paris
Le Père Étienne Grieu, jésuite, docteur en théologie et agrégé de géographie a pris, à la...

Lancement d’une collecte en ligne sur la plateforme Credofunding
Depuis maintenant 2 ans, l’ensemble des diocèses français est engagé dans un projet de soutien...

Devenir prêtre autrement
Depuis 50 ans le Séminaire-GFU (Groupe de Formation Universitaire) offre à des jeunes de toute la...

Label Eglise Verte : c’est parti !
Samedi dernier, 16 septembre 2017, le label Eglise Verte a été lancé en France par les trois...

Haut de page