Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

En février, paroles à la vie consacrée

les soeurs du prado; Michèle, Liliane, Marylène, Albertine témoignent de la vie fraternelle lors de la messe du 19 février

Albertine

L'abbé Jean Denis nous a demandé de témoigner à l'occasion du 2 février 2017 , fête de la vie consacrée voulue par Jean Paul II, depuis 20 ans.

Nous avons déjà eu l'occasion de parler de la vie religieuse, notamment pour notre jubilé communautaire à Pentecôte 2015.

Michèle

Aujourd'hui, nous mettons plus l'accent sur la vie fraternelle.

C'est en lien avec l'une des orientations, que nous allons travailler au plan international qui a pour thème: "Devenir ensemble sœurs du Prado". Cela veut dire que la vie fraternelle, comme la fraternité entre les hommes et les peuples , est un long chemin à construire ensemble.  Cela rejoint pour nous l'Evangile de ce dimanche où Jésus nous invite à être vraiment les Fils de notre Père qui est aux cieux et à mettre en premier l'amour, l'amour du Christ et l'amour de nos frères. C'est aussi le sens de notre engagement au célibat consacré.

Liliane

Nous vivons donc depuis 2011 dans ce coin du Nord ,en Cté internationale.

Au départ,  toutes, nous avons répondu à l'appel de Jésus-Christ à le suivre de plus près et à nous engager à sa suite dans l'obéissance à son Père pour faire l'œuvre de Dieu.

Toutes, nous avons répondu oui à la demande qui nous a été faite par nos responsables de nous rendre disponibles pour cette mission au Cateau.

Nous avons été  envoyées, ensemble en Cté. Nous ne nous choisissons pas, nous nous recevons pour vivre en sœurs et nous apprenons au jour le jour à nous connaître avec nos différences de langue , de culture, de formation, d'histoire, d'âge….

Marylène

Nous recevons notre mission,  Ensemble nous bâtissons notre projet communautaire. Fidèles à l'intuition missionnaire d'A. Chevrier, le fondateur du Prado, nous voulons suivre Jésus-Christ qui annonce la Bonne Nouvelle aux pauvres, dans une vie simple et proche de ceux auxquels nous sommes envoyées, partageant le plus possible, leurs peines, leurs souffrances, leurs joies et leurs aspirations.

Concrètement , cela se traduit par le choix d'un logement au milieu d'une cité et par nos diverses activités. Vous connaissez déjà la mission de chacune : engagement avec la pastorale de la santé, catéchèse et accompagnement au baptême, éveil à la foi, formation professionnelle, centre aéré, bénévole au magasin solidaire, travail salarié auprès des agriculteurs ,engagement avec le C.M.R….

Michèle

Vivre la vie fraternelle, c'est s'accueillir mutuellement avec nos richesses et nos limites, dans le respect de chacune, de son chemin.

C'est accepter de passer du temps à s'écouter, à vouloir comprendre ce que dit l'autre: "J'ai compris ça, mais est-ce bien ça que tu veux dire?"

C'est aussi la cuisine différente…on mange franco-malgache….pas seulement pour le riz !!

On se partage des manières de faire et des manières de vivre….Au début, on faisait même du français pendant les repas , avec le dictionnaire sur la table…ça nous a valu de bons fou-rires!!

C'est apprendre par l'expérience que nous n'avons pas la même notion du temps ! Nous Français ,on est toujours pressés…on vit avec nos agendas.."Les Français ont la montre, les Malgaches ont le temps" , nous a dit un prêtre Malgache.

C'est aussi pour chacune à partir d' échanges, de photos , de rencontres , découvrir une autre réalité, un autre  pays…

Comme le disaient L. et A. c'est "traverser une longue frontière".

Liliane

La vie fraternelle passe par beaucoup de petites choses au quotidien….

C'est apprendre l'art des petits pas…

"Aller à mi-chemin à chaque instant, mais c'est une richesse!"

C'est ce que nous essayons de vivre aussi dans notre quartier. Petit à petit, avec le temps, nous faisons connaissance avec nos voisins…nous repérons des personnes seules où nous découvrons de vrais trésors …

La vie fraternelle , c'est aussi se donner des temps forts : personnels, communautaires: temps de prière ensemble, prière de l'office, Eucharistie, où l'on confie au Seigneur tous ceux que nous avons rencontrés avec leurs joies , leurs souffrances, leurs questions, leurs attentes, nos joies aussi d'avoir été témoins de l'action de L'Esprit-Saint.

Marylène

Un autre aspect de notre vie fraternelle, lié à notre engagement à vivre la pauvreté et la simplicité, c'est la mise en commun des ressources de chacune, salaires, retraite, indemnités…Nous mettons en commun au niveau local et ensuite au niveau général pour un partage avec les Ctés qui n'ont pas suffisamment de ressources pour vivre.

C'est aussi des temps de partage de nos préoccupations, où l'on s'explique !!! La vie de Cté ce n'est pas toujours un long fleuve tranquille…Il y a parfois des petits remous…mais aussi des excuses, des pardons…On essaye de ne pas en rester à "œil pour œil et dent pour dent"

Albertine

L'étude de l'Evangile est la source où nous regardons Jésus vivre en frère, nous apprendre la fraternité et nous laisser transformer par Lui pour être témoins de sa tendresse et de sa miséricorde pour tous.

 

Article publié par paroisse • Publié Mardi 21 fév 2017 • 863 visites

Actualités de l'Eglise

Le synode 2018 se prépare aussi à Rome !
Du 11 au 15 septembre s’est tenu à Rome un séminaire international sur la condition des jeunes...

Violences et religions dans les études anglo-saxonnes
Les religions sont-elles impliquées dans les violences commises par les croyants, et si oui...

La rentrée universitaire du Centre Sèvres-Facultés Jésuites de Paris
Le Père Étienne Grieu, jésuite, docteur en théologie et agrégé de géographie a pris, à la...

Lancement d’une collecte en ligne sur la plateforme Credofunding
Depuis maintenant 2 ans, l’ensemble des diocèses français est engagé dans un projet de soutien...

Devenir prêtre autrement
Depuis 50 ans le Séminaire-GFU (Groupe de Formation Universitaire) offre à des jeunes de toute la...

Haut de page