2 Juin, premières communions.

C'est beau ce qu'ils disent à cet âge mais...

 DSCN0189 DSCN0189  Premières communions à Le Cateau. L'Abbatiale est déjà pleine dix minutes avant l'heure, plus de place assise, plus de feuille de chants, il faut partager.

DSCN0190 DSCN0190  

La célébration commence, et les jeunes chantent ces refrains qu'ils aiment tant. Les parents ont pris la responsabilité des lectures, des jeunes, eux, lisent le psaume, parfois à plusieurs voix: "on aurait dit qu'ils avaient répété pendant des heures pour être aussi synchro!" dira une maman à la fin. Non, ils vivent la communion, simplement, vraiment.

L'Evangile est proclamé. "Que tous soient un !" C'est le souhait de Jésus. Alors l'acclamation à la fin de l'Evangile est repris en chant et an actes, avec les gestes.

Puis après un commentaire de la Parole de Dieu, ce sont des extraits des lettres de demande de première communion qui sont repris. Nous ne publierons pas sur ce site les trésors dévoilés pour laisser la spontanéité pour les prochaines années. A la fin, chacun, surtout les adultes,  est invité à dire au fond de son coeur pour quoi, pour qui il ou elle est là, ce qu'on veut confier à Jésus. Un beau silence, avec le beau chant de deux bébés, s'instaure pendant plus d'une minute. L'orgue souligne cette intériorisation impressionnante, avant que ne retentisse la proclamation de la foi, et indissociable de ce credo, la responsabilité de porter ses frères et soeurs du monde entier dans cette prière universelle; la communion, chaque jour première à chaque messe, ce n'est pas uniquement pour sa piété ou sanctification personnelle, mais pour que le monde vive sacrement plus de communion au plus proche comme au plus lointain.

La responsable des chanteurs passe de visage à visage pendant l'offertoire et les jeunes chantent à tour de rôle ce "écoute en toi la source qui te parle d'aimer" qu'ils aiment tant chanter à chaque étape liturgique ou dans les séances de caté.

La messe se continue avec la prière euccharistique, la longue prière de merci. Mais déjà le ton avait été donné par un catéchiste, Christian lors de son mot d'accueil: "nous remercions les enfants pour tout ce qui a été vécu ensemble... nous remercions les parents, car tous les enfants baptisés ne vivent pas la première communion..."

Le Notre Père nous rassemble encore plus avant d'être concrétisé par ce don de la communion : "continue à devenir le Corps du Christ, deviens ce que tu reçois... le Corps du Christ. AMEN!"

Une surprise, alors que nous annoncions le concert de Sylvie Bruniau le 16 juin à l'abbatiale, à 16h... Elle accepte de nous donner un Ave Maria... Là aussi l'assemblée et surtout les enfants sont bouche bée devant une telle beauté et intériorité qui emplit complètement l'abbatiale... la personne habilitée à prendre des photos n'hésite pas à en faire une vidéo.

C'est vraiment dans la joie que la célébration se termine, avec l'envie de rester, de continuer à goûter ce beau moment. Les mercis fusent... et la chance fait que ce beau moment coincide avec le repas paroissial, et donc le verre de l'amitié dans la cour de l'abbatiale, préparé par l'EAP et d'autres.

En rangeant tables et matériel, une personne dit : "c'est beau ce qu'ils ont dit, mais à leur âge, à 9 ans, ils sont encore naïfs..." La réaction se fait: avez vous entendu, écouté parmi toutes ces phrases d'enfants ? celui qui a écrit 'j'aime Jésus, peux-tu prendre soin de papa là haut' ou cet autre 'je suis devenu enfant de Dieu et je veux y rester. Jésus veille sur tout le monde. J'aimerai qu'il veille sur mon papa qui est parti près de Lui'. La dernière réaction d'enfant qui a été lu: ' J'aime beaucoup le caté avec Edith et Jeanne 'et ça vaut pour tous les anim kt): on apprend plein de choses sur Jésus. En équipe, nous partageons beaucoup de bonheur. pour nous sauver, Jésus a donné sa vie, car personne ne l'avait fait pour nous . Jésus apporte beaucoup d'amour et de bonheur: mais le principal: il a pardonné à ceux qui l'ont fait souffrir. Jésus, aide-moi à changer le monde, à pardonner, à soulager et apporter du réconfort'... Cette jeune qui a écrit sa demande pour le jeudi saint était présente jusqu'au bout de ces presque deux heures de funérailles de Jeanne début mai, pour la famille... Bien loin de la gentillesse et de la naïveté... Mais merci à vous d'avoir dit cela pour nous faire comprendre que le caté, la première communion, et les autres démarches religieuses, ce sont de véritables choix actuellement.

Nous finissons par cette carte de demande: "Jésus, je le vois comme une fleur qui pousse et grandit chaque jour en moi, comme un ami qui m'aide quand je suis triste et qui sera toujours avec moi."

Article publié par jean denis corrion • Publié le Vendredi 07 juin 2019 • 597 visites

keyboard_arrow_up